Histoire

L’origine du nom de la commune, son historique, diaporama de cartes postales et photographies anciennes, liste des maires depuis la Révolution…

Vous êtes ici : Chaillé les Marais » Histoire

Toponymie

L’origine du nom Chaillé provient de l’ancien français du Bas-Poitou « Chaill » ou « chail » qui signifie caillou ou rocher. Cette appellation fait référence à la topographie du terrain puisque l’îlot calcaire de Chaillé domine le marais.

Dénommé « Challec » ou « Chaillec » au XIIIe siècle, le village est désigné sous le nom de « Challeium » au XVe siècle puis « Chaillé » au XVIIe siècle, et fait allusion à l’environnement de la localité.

L’Histoire de la commune

A l’origine, un îlot…

Chaillé les Marais était à l’origine (comme certaines communes voisines) un îlot calcaire dénommé «île Carriot» balayé par l’océan à l’intérieur d’un immense golfe marin appelé Golfe des Pictons. Cette île, dont le territoire comprenait aussi deux autres îlots plus petits Aisne et Le Sableau possède une topographie qui permet de penser qu’elle abritait un port dès l’époque romaine.

Au fil des siècles suivants, les retraits successifs de la mer laissent d’immenses marais insalubres et de hautes falaises qui demeurent encore aujourd’hui.

Les travaux d’assèchements

De l’époque médiévale subsistent encore les traces d’une ancienne motte féodale. Sous l’impulsion de puissantes abbayes de la région, ces territoires deviennent bientôt de riches terres cultivables après que d’importants travaux d’assèchement aient été entrepris.

Le seigneur de Chaillé, Pierre de Volvire autorise tout d’abord en 1217, les abbés de Saint Michel, de l’Absie, de Saint Maixent, de Maillezais et de Nieul de faire creuser un canal qui prend le nom de canal des cinq abbés.

En 1283, afin de concilier les intérêts contradictoires des habitants de Fontenay et des villages du marais, les commissaires du roi Philippe le Hardi décident de faire creuser un long canal de ceinture, l’achenal le Roy (actuelle ceinture des hollandais). Il serait intéressant de montrer comment on passe de l’achenal le Roy au canal des Hollandais. Bradley est passé par là.

Le dessèchement des marais retrouve une nouvelle impulsion au XVIIème siècle grâce à une conjoncture économique favorable et à une forte expansion démographique. L’initiateur du projet est Pierre Siette, ingénieur et géographe du roi à La Rochelle. Ces travaux sont gérés et entretenus par des sociétés de Marais dont la plus ancienne fut créée en 1646 sous le nom de syndicat des Marais du Petit Poitou. Le siège est fixé à Chaillé où il demeure encore aujourd’hui au lieu dit «Maison du Maître de Digues».

Carte postale : Le coteau du Sableau, les marais, le Port des Dames / Editeur R. Bergevin - Fond Pierre Guichard

Carte postale : Le coteau du Sableau, les marais, le Port des Dames / Editeur R. Bergevin – Fonds Pierre Guichard

Carte postale : Les Marais / Editeur R. Bergevin / Fond Pierre Guichard

Carte postale : Les Marais / Editeur R. Bergevin / Fonds Pierre Guichard

Développement de l’activité

De l’époque révolutionnaire, Chaillé, alors dénommée, Chaillé la Montagne, garde des noms de rue comme la rue de l’an VI et de l’an VII. La commune devenue chef lieu de canton connaît une activité prospère. La grande route royale 137 qui la borde lui apporte des ressources grâce au commerce généré par les foires et les marchés. La culture et l’élevage sont l’essentiel de l’activité locale.

Au XIXème siècle, 11 moulins et une usine de tissus sont dénombrés. L’église Sainte Marie Madeleine, mentionnée dès le XIIIème siècle, est totalement reconstruite dans un style néo-gothique en 1866.

De nos jours, les cultures intensives (céréales et melons) et l’élevage font de Chaillé une commune à vocation essentiellement agricole.

De la Révolution à nos jours

1789

À Chaillé Les Marais, la période révolutionnaire commence le 1er mars 1789. Après avoir reçu notification de la tenue des États Généraux, les officiers municipaux convoquent les habitants taillables à l’issue de la messe paroissiale afin de rédiger et faire signer leur «cahier de remontrances et doléances» et de nommer quatre députés pour les représenter à la Sénéchaussée de Fontenay le 6 mars suivant.

Les députés sont M. Merland de Chaillé conseiller du roi au siège de Fontenay, Michel Philippe Tillier, Hilaire Martineau et Pierre Mingaud (Le cahier de Chaillé les Marais est conservé et visible aux archives départementales de La Roche sur Yon) ; le train de la révolution est en marche. La paroisse de Chaillé les Marais est favorable aux idées nouvelles telles que l’abolition des privilèges ; le directeur, M. Arrivé de Boineuf et certains propriétaires du « Marais du Petit Poitou », réticents, consentent finalement à les abandonner quoique certains perdureront jusqu’à la moitié du XXe siècle.

1790

Le 31 janvier 1790, les 1559 habitants de la paroisse, assemblés dans l’église, procèdent à l’élection de leur premier maire, Mr Martineau, de cinq membres municipaux, de douze notables et d’un procureur. Le 24 mai, ils remercieront l’assemblée nationale d’avoir choisi leur municipalité comme chef-lieu de canton.

En différentes occasions les habitants de Chaillé Les Marais, dont le curé Bontems et son vicaire Clément, prêtent le serment civique de fidélité à la nation. Le vicaire Clément, réfugié à Saint Pompain en 1795, demandera d’être levé de son serment pour être en paix avec sa conscience (ce document, conservé dans les archives municipales pendant 2 siècles est introuvable depuis une dizaine d’années). Le curé Bontems quant à lui restera constamment auprès de ses ouailles, célébrant les messes avant d’en être empêché sur dénonciation pendant l’interdiction des religions et finalement se proposera pour la religion catholique au rétablissement des cultes.

Circonscriptions et Contre-Révolution

En janvier 1792, la paroisse est divisée en 5 sections, élaborant ainsi les bases du futur cadastre qui ne sera dessiné qu’en 1834.

La conscription ne pose apparemment pas de problème. La garde nationale, garde côte, municipale et ensuite cantonale, est constituée ; Champagné présente une liste de 229 citoyens actifs, Chaillé 157, Puyravault 87, Ste Radegonde 122 et Vouillé 120.

Elle sera sollicitée à plusieurs reprises notamment en 1793 et 1794 pour la défense de Luçon, St Hermant (Ste Hermine) et de Fontenay Le Peuple quand ces villes seront attaquées par les contre-révolutionnaires. Pendant ces menaces, pour éviter que les «brigands» descendent dans le marais, des ouvriers seront envoyés pour couper le pont de Moreilles et la municipalité demandera même du renfort à la ville de Marans.

En août 1794, réfugiés, les citoyens administrateurs du district de Fontenay le Peuple siègeront extraordinairement à Chaillé, faisant de cette commune le chef-lieu du département pour quelques jours.

Routes et aménagements

Le bien être des citoyens sera toujours important pour les dirigeants, ils rechercheront un régent pour éduquer la jeunesse, ils fixeront des dates pour foires et marchés en accord avec les principaux villages environnants.

Ils permettront à certains administrés d’accéder à la propriété en lotissant des terrains communaux, créant ainsi les villages de «L’An VI» et de «L’An VII».

Bien sûr, comme dans tous les villages de France, les citoyens de Chaillé planteront leur «arbre de la liberté» ; d’abord en octobre 1792, un nouveau en décembre 1793, le précédent étant tombé en décrépitude. Devant celui-ci, trois mois plus tard, on brûlera les titres de féodalité de la seigneurie de Chaillezais. En 1848, on plantera un nouvel arbre qui deviendra suspect après le coup d’état du 2 décembre 1851.

Pour satisfaire à la loi du 8 janvier 1792, on organisera la gendarmerie du canton ; elle sera cantonnée d’abord à Moreilles, qui n’était pas commune et dépendait de celle de Champagné, avant de s’implanter au chef lieu dans l’immeuble du sieur Mignoneau, loué et ensuite acheté par la municipalité en 1869 ; après reconstruction et plusieurs améliorations la gendarmerie sera déplacée en 1983 dans une caserne toute neuve.

La commune de Chaillé Les Marais va prospérer grâce à l’élevage et surtout l’agriculture, notamment la culture de la fève qui sera vendue en partie à l’arsenal de Rochefort sur Mer. Les foires et marchés favoriseront les échanges, les transports se feront par la route 137 qui sera royale, nationale, impériale, de nouveau nationale pour devenir départementale.

Carte postale : Chaillé les Marais, vue générale, côté Sud / Editeur R. Bergevin / Fond Pierre Guichard

Carte postale : Chaillé les Marais, vue générale, côté Sud / Editeur R. Bergevin / Fonds Pierre Guichard

Une route sera ouverte en direction du Langon en 1848 ; un projet en direction de Nalliers verra le jour en 1851 mais sera contesté car passant par Mouzeuil ; le cheminement se fera finalement le long du canal du Clain malgré les contestations du directeur du syndicat du Petit Poitou. Le chemin de fer passera malheureusement au large du marais au grand désespoir du conseil municipal qui protestera fortement en 1865.

Le cimetière, près de l’église sera trop petit et provoque des nuisances ; en 1826 la municipalité achète un terrain à l’est du bourg, la décision de le transférer sera prise en 1836 et effective en 1837 malgré une forte opposition d’une partie de la population au premier convoi mortuaire.

Carte postale : Chaillé les Marais / Editeur Dugas Nantes / Fond Pierre Guichard

Carte postale : Chaillé les Marais / Editeur Dugas Nantes / Fonds Pierre Guichard

Depuis 1792 on parlait déjà de reconstruire l’église qui menaçait ruine ; en 1862 le conseil municipal mandate l’architecte Victor Clair qui établit les plans et mène à bien le projet ; les cloches sont descendues en 1867 et les travaux terminés en 1868.

Guerres 1914-1918 et 1939-1945

Pendant la première guerre mondiale, les Chaillezais vont payer un lourd tribut, 84 d’entre eux ne reviendront pas de ce terrible conflit, provoquant des drames dans de nombreuses familles.

La guerre 39/45 sera moins terrible, 2 habitants payeront de leur vie des actes de résistance, d’autres resteront marqués pour toujours des exactions de l’occupant.

Développement économique et démographique

Le bourg de Chaillé sera très vivant à la fin du XIXe siècle, on comptera 3 auberges, 14 cafés dont 2 au Sableau et 4 à Aisne, et de nombreux artisans pour satisfaire à tous les corps de métiers.

On y trouve un grand magasin (précurseur des « supers marchés »), des entrepreneurs de battage, un entrepreneur de fêtes, 11 moulins, des minoteries dont une fonctionnant par système hydraulique, 3 tailleurs de pierre, des négociants à bestiaux… On compte également notaire, juge de paix, médecin, huissier de justice, percepteur.

Le nombre des habitants passe à 2151.

Carte postale : Chaillé les Marais, la Rue du Rocher / Collection Giraud / Fond Pierre Guichard

Carte postale : Chaillé les Marais, la Rue du Rocher / Collection Giraud / Fonds Pierre Guichard

Carte postale : Chaillé les Marais, Maison et magasin Giraud / Collection Giraud / Fond Pierre Guichard

Carte postale : Chaillé les Marais, Maison et magasin Giraud / Collection Giraud / Fonds Pierre Guichard

Personnages enfants cartes postales Petit à petit l’élevage supplante la culture des céréales, le marais se couvre de prairies, les bœufs disparaissent progressivement laissant la place aux vaches laitières, le lait devient une richesse.

Il faudra attendre les surplus de lait, la fin des laiteries coopératives et de nouvelles techniques pour que le paysage se transforme de nouveau dans le dernier quart du XXe siècle.

 

Carte postale : Chaillé les Marais, Le Sableau / Fond Pierre Guichard

Carte postale : Chaillé les Marais, Le Sableau / Fonds Pierre Guichard

Aujourd’hui

En ce début du XXIe siècle, le territoire de Chaillé les Marais, géré par différentes sociétés de marais, est cultivé en céréales avec des rendements plus de 10 fois supérieurs à ceux des moines qui ont été les premiers assécheurs. Les terres sont également propices à la culture du melon dont les champs alternent avec les maïs, tournesols et blés. La plupart des commerces ont disparu, les entreprises également.

Sources : Archives municipales, cahiers de délibérations, livre de correspondances, Statistiques de la Vendée par J-A Cavoleau

Liste des maires

M. Martineau, le 31 janvier 1790 à 1791

M. Merland de Chaillé Benjamin, de novembre 1791 à juillet 1792

M. Galliot Laurent, du 29 juillet 1792 à décembre 1792

M. Priouzeau Alexis, du 16 décembre 1792 à mai 1794

M. Renaudin Victor Grégoire, le 12 mai 1794

M. Martineau Hilaire Alexis, le 31 août 1800

M. Renaudin Victor Grégoire, nommé le 16 mars 1801

M. Hurtaud Pierre, nommé le 1 janvier 1813

M. Arrivé Pierre Elie, de mars 1816 à décembre 1818 (démissionnaire)

M. Giraud François, nommé le 21 décembre 1818

M. Galliot Laurent François, nommé en 1820

M. Galliot Laurent François, nommé en 1821

M. Martineau Hilaire Alexis, nommé en 1823

M. Galliot Laurent François, nommé en janvier 1826 (démission en juin)

M. Martineau Hilaire Alexis, nommé par le Préfet en juin 1826

M; Martineau Hilaire, nommé conseiller municipal le 16 novembre 1828

M. Gauvin Benjamin, nommé par le Préfet le 17 novembre 1831 (démission en 1835)

M. Martineau Hilaire, nommé par le Préfet le 8 mars 1835

M. Martineau Hilaire, 1838 (démission en 1839)

M. Charrier Augustin, nommé par le Préfet en mars 1839

M. Charrier Augustin, nommé par le Préfet le 7 août 1840

M. Charrier Augustin, nommé par le Préfet le 16 juillet 1849

M. Maingaud Eugène, de 1865 à 1908

M. Albert Auguste, de 1908 à 1945

M. Bonnet Ernest, de 1945 à 1959

M. Breton Georges, de 1959 à 1971

M. Petit Julien, de 1971 à 1983

M. Autin Roger, de 1983 à 1989

M. Bontemps Robert, de 1989 à 1991

M. Grousset Jean-Louis, de 1991 à 1995

M. Grelaud Guy, de 1995 à 2014

M. Pacaud Guy à partir de 2014

Sources : Archives municipales